L’Art (partie I : définition)

En temps d’une situation aussi inouïe comme celle que nous venons de traverser, nous avons été très probablement confrontés à la question de trouver un moyen afin de rendre plus supportable le temps du confinement. Rien de plus suggestif que de s’installer convenablement afin de profiter d’une série ou des films. Le temps s’est passé très agréablement tout en restant dûment confiné, même les conversations entre amis tenaient à partager ce qu’on a vu et qu’on a trouvé intéressant. Il y avait un contenu à partager et des sujets à échanger.

Dans une situation extrême de confinement, le recours à l’art, voire le besoin sociale et individuel de l’art et ses manifestations, a révélé l’expression artistique sur un autre facette: il s’est avéré comme quelque chose d’essentielle, d’importante, de nécessaire. Cette perception de la chose, contraste avec l’opinion généralisée qui fait apparaître l’art comme quelque chose de superflu, comme un simple loisir et dont son accès ne concernerait qu’une sorte de minorité initiée.

Or et c’est à cela que sert le cours de philo: il s’agit ici d’aller plus loin et ne pas se « conformer » à la vague opinion généralisée. En Philosophie, plus l’opinion est répandue et plus la chose apparaît comme populaire, plus il faut se méfier de la fiabilité de ce qui est affirmé. La Philosophie en effet, est cet effort de s’éloigner de ce qui est couramment accepté. La philosophie se méfie de l’opinion courante, mais elle n’y reste pas figée: c’est à partir de là qu’elle s’élance à l’analyse.

Mais avant de continuer, il convient de démêler la définition de ce que nous comprenons comme « art ». Déjà vous devez supposer que quelque chose qui relève de l’ordre artistique sera, par définition quelque chose produite par l’homme. En opposition à ce qui est « naturel », l’art relève donc d’une production humaine. En effet et souvent, les productions humaines cherchent à s’inspirer de la nature afin de produire une oeuvre artistique. Il y a donc une distinction évidente entre une production « naturelle » et une « construction » humaine.

Or, toute production humaine n’est pas à proprement parler une oeuvre artistique. Les productions humaines peuvent être des oeuvres en fonction des plusieurs facteurs. En fonction de leur utilité, l’oeuvre humaine peut être technique ou – en consonance avec la société de consommation – tout simplement des déchets. Seulement une partie spécifique de ces oeuvres humaines pourra être qualifiée d' »art ».

https://www.artyficiel.com/le-shadow-art-de-tim-noble-et-sue-webster/

Si toute oeuvre humaine n’est pas de l’art, alors qu’est-ce que l’art? Voici un extrait de la réflexion de Nelson Goodman qui nous aidera à répondre à cette question:

Si vous avez bien compris la question, la définition initiale de l’art a quelque chose de problématique. Il y a une possible confusion entre « art » et « technique ». En effet, il y a une racine commune entre « artiste » et « artisan ». Un artisan utiliserait une technique lors de la production de son « savoir-faire ». A la fin, une fois son « oeuvre » artisanale conclue, celle-ci ne part pas dans un musée, ni dans un salon d’art, mais elle peut être vendue, achetée, en fin: utilisée. Afin de distinguer cette question, vous regarderez la vidéo suivante qui vous permettra de bien assimiler cette distinction, tout en sachant que nous avons déjà travaillé la notion de « technique »:

https://www.lumni.fr/video/l-art-revisions-bac-philosophie

à suivre…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search