Image de soi ou Philo?

Estime de soi

L’objectif principal de ce document est de présenter le projet de création et de mise en place des espaces de travail à visée d’apprentissage. Ceux-ci ont été appelé « Ateliers Philo » à l’intérieur de notre dispositif. Il s’agit des espaces d’apprentissage et de travail fondés sur l’échange et les questions sur tout ce que l’on sait ou que l’on croit savoir. Conçu pour des jeunes entre 16 et 21 ans en situation de désertion scolaire, il se fonde sur l’intention de créer des espaces d’apprentissage et d’éducation (plutôt que des espaces de simple rencontre et de passer le temps) au dispositif « Parcours 2 », au quartier industriel de la Meinau à Strasbourg. 

Ce projet de création des ateliers part de l’intuition du caractère formatif des espaces où le jeune a le droit à la parole et le droit à manifester sa perspective individuelle (quelle qu’elle soit !!). Il ne s’agirait donc pas de réduire les espaces de formation à l’apprentissage et exécution des tâches manuelles, même si elles impliquent l’écoute, assimilation et compréhension des consignes   d’exécution de tâches ; il s’agit pour nous du défi de proposer aux jeunes des espaces de réflexion afin de leur rendre conscients de leur capacité de se construire comme des sujets pensants, capables de savoir et de comprendre et, par-là, ne pas comme des entités jetées à une vie sans réflexion.

1.    La question de l’Estime de soi ou de l’Image de soi dans les dispositifs de deuxième chance

Dans la plupart de structures de « deuxième chance » qui visent l’insertion professionnelle des jeunes, l’on trouve des modules de formation couramment appelés « Image de soi » ou « Estime de soi ». L’idée de ces modules n’est autre que d’amener le jeune à développer une image de soi positive. Comment s’y prendre ? Dans les directives institutionnelles, cette mission relève de la part du « formateur-référent », lequel devra « repérer les atouts du jeune » pour les valoriser et ainsi l’aider à « gagner en confiance et à construire (voire reconstruire) une image de soi en cohérence avec l’environnement professionnel visé » (voir document annexe ci-bas: Module 5 Image de soi, estime de soi, p. 9).

La question problématique de cette perspective et que notre projet prétend de contester, c’est cette perspective d’après laquelle c’est à lui : l’adulte-formateur, à qui revient la tâche de repérer et valoriser les atouts individuels du jeune. Bien évidemment, cette perspective – par son appellation d’ « école » – entre en cohérence (funeste) avec le système dont le jeune s’est vu refuser, soit par son initiative intrinsèque d’abandonner l’école, ou soit par des décisions extrinsèques de l’ordre de l’orientation pédagogique. Ainsi les choses, le repérage – sans doute positif et d’intention « bienfaisante » – ne fait que s’aligner avec la logique dont le système a produit la frustration et l’impasse vers la non-qualification.

La question c’est que le refus intra-personnel de savoir – il faudra le dire – a été souvent engendré par le système éducatif lui-même dans sa logique de compétitivité et sa poursuite de réussite individuelle. L’estime de soi chez ces jeunes a été souvent bafouée par des mal-traitements, voire des humiliations scolaires (voir l’ouvrage L’élève humilié) de la part des adultes démesurés dans la considération des enfants et leur psychologie. L’image que ces jeunes en difficulté ont d’eux-mêmes, ne peut que se dévaloriser notamment par le poids socialement accordé à l’école : elle constitue de nos jours la seule, sinon la principale source de reconnaissance pour un enfant, car c’est dans son intérieur que l’enfant se socialise et construit son image personnelle. Associées très profondément à cette dernière, les dynamiques intrafamiliales subissent ou influencent. Les résultats scolaires procurent et conditionnent au même temps le regard des parents sur leurs enfants : dans la réussite de ces derniers, la performance du parent dans son accomplissement et compétence personnelle entre également en jeu. De la même façon, la performance de l’élève dans son métier d’élève, peut aussi se voir affectée par des problématiques et ruptures familiales.

Ainsi les choses et après cet aperçu de la complexité des constructions « narcissiques » et ses imbrications collectives, il faudrait nous demander comment accepter que ce soit à partir du regard et reconnaissance de la part du monde adulte qu’un « gain en confiance » pourra advenir chez le jeune. Les modules d’Estime de soiou d’Image de soise heurtent au paradoxe de prétendre renforcer dès l’extérieur – de la part des formateurs chargés du repérage et la valorisation – des processus intérieures tels que « l’image personnelle de soi-même ». De la même façon, de nos jours, avec l’arrivée de la réalité virtuelle et ses plateformes numériques des jeux « on-line », ce sont les dynamiques traditionnelles de reconnaissance sociale qui sont en train de subir un basculement : les processus de socialisation et d’échange entre pairs ne sont plus exclusifs du milieu scolaire. Autrement dit, ce n’est plus du domaine de l’école a qui revient le travail de socialisation : des nouvelles amitiés et des rencontres se tissent grâce au web et des rencontres se font au cours des parties des jeux de tout type.

La question donc à se poser c’est celle de savoir comment un individu construit et affirme son image propre et de quelle façon faudrait-il renforcer cette image propre, afin de déclencher la confiance en soi, censée de permettre la construction d’un projet professionnel et de vie. Notre souci c’est aussi celui de comprendre les nouvelles dynamiques instaurées de plus en plus par l’univers virtuel. Quoi qu’il en résulte et malgré les avancées du XXIe siècle, je considère que ce n’est que la perception de la liberté propre celle que produit une haute estime de soi. Celle-ci applique même lorsque la liberté obéit : l’obéissance rentre aussi comme preuve d’un exercice de liberté. L’amertume et le vide ne viennent que de l’impression de ne pas être le maître de ses décisions individuelles. 

2.   Les axiomes fondamentaux de mon projet

Le projet se fonde sur trois axiomes fondamentaux : Tout d’abord que le soi-même ne se construit qu’à partir de l’autre ; c’est-à-dire que l’altérité a pour un individu un caractère structurelle et primordial ; et, deuxièmement, que l’être humain par sa condition d’humanité a une l’intériorité, un espace intime dans lequel il peut s’abstraire de la réalité qui l’entoure. L’humain par sa condition même n’est pas absolument absorbé par la réalité immédiate qui l’entoure. Il a une intimité, un lieu de réflexion dans lequel il fait abstraction du réel ; il y a donc une sorte de secret qui s’éloigne infiniment de la pure apparence extérieure et qui constitue le siège de la réflexion individuelle. Cette intériorité n’est donc pas seulement « spatiale », mais elle est aussi « temporelle ». Cela veut dire que l’homme n’est pas condamné à subir l’impulsivité de ses instincts. Il peut ainsi se donner du « temps » avant la réaction. Ainsi, si l’homme est conditionné par l’extérieur, il n’est pas pour autant déterminé par l’extériorité même : il a quand même le temps, le temps de la réflexion, du calcul, de la prise d’air et de la réflexion avant la réaction et la riposte.

De ces deux postulats découle notre troisième présupposé : si l’intériorité se distingue de la réalité extérieure par l’« espace-temps » qui constitue le sécret de ce qui ressort de l’intimité de l’individu même, alors il y a un marge possible de liberté individuelle. Ainsi, par la séparation face à la fluctuation du réel et son immédiateté changeante, aussi que par l’espace et la temporalité rendus possibles par le refuge intérieur de chaque individu dans sa réflexion, l’être humain a alors le choix. Le choix est donc cette possibilité qui surgit de la séparation face au réel par l’espace-temps de l’intériorité. Le choix c’est avoir le temps mais aussi le lieu pour se recueillir face aux évènements et situations qui arrivent devant nous. L’être humain n’est pas condamné aux automatismes de la réaction instinctuelle : nous avons la capacité de percevoir la réalité que nous environne, en faire l’analyse par la considération de nos différentes possibilités, et prendre une décision agissante. Voilà le scénario de liberté qui dessine notre condition humaine en tant que telle. 

Le fait que nous soyons conditionnés par des facteurs culturelles, génétiques, familiales, de l’histoire et du souvenir personnel, n’implique pas que nous soyons délaissés face aux forces du destin. L’homme a la capacité de s’affirmer face à ce qu’apparaît devant lui. 

3.   L’image de soi comme critère personnel

L’image personnelle ne se construit donc autrement que dans le rapport à une extériorité, que dans et par le rapport à l’autre. Évidement ce n’est qu’une altérité, celle qui peut découvrir le sens et la valeur des actions et des réalisations d’un individu, car le sens vient toujours de l’autre. Pourtant, si il est possible une intériorité, ce n’est qu’à partir de l’intériorité que les verrous peuvent s’ouvrir. Par le fait d’avoir une intériorité, le secret intime du soi, alors cela veut dire que ce n’est que de l’intérieur que l’image de soi se débloque.

Ainsi les choses, le travail des dispositifs de « deuxième chance » doit viser la construction ou reconstruction d’une image individuelle positive de soi. Comment le faire ? L’expérience du projet que m’a mené à intervenir auprès des jeunes et par le retour d’une série des interviews auprès des jeunes participant aux « ateliers Philo », je n’ai qu’affirmé cette théorie du déblocage intérieur.

Afin de répondre à l’inquiétude qui demande les bases concrètes du « comment », je suis arrivé à la conclusion de la nécessité de travailler davantage le critère personnel plus que des codes de conduite, voire culturels pour réussir. En effet, l’obéissance des codes culturales ou à des codes moraux, ne fait qu’essayer de bloquer ou débloquer l’intériorité dès le dehors. Je ne dis pas qu’un pareil système ne marche pas. Au contraire, pendant beaucoup des années ce système a fait preuve de marcher : affirmation des régimes communistes, adoption des logiques militaires ou policiers, création des groupes identitaires, etc. Ces exemples là, ne sont que des formes de mouvoir l’intériorité dès le dehors. Leur risque: la création des logiques d’asservissement et des dynamiques fondées sur l’imposition des décisions autoritaires plutôt que raisonnées. Si, par contre, il s’agit de viser le critère, alors les possibilités d’action et de liberté individuelle s’ouvrent : le subordonné ne suit plus un modèle préalable, imposé ou idéalisé : il construit son critère personnel à partir d’un exercice critique d’analyse rationnel ou logique. 

Cela suppose tout d’abord l’exercice de l’analyse et de la critique. L’éducation pour le critère suppose ainsi une formation critique et à la critique, capable d’enseigner à questionner, à poser des questions et non simplement à se soumettre à une quelconque autorité.

Or quel rapport entretient-on avec notre question d’image de soi du départ ? Pour nous il est clair que ce qu’il faut viser c’est davantage l’éducation au développement d’un critère, d’une capacité d’analyse individuelle capable de prendre les autres en considération. Voilà notre définition de critère : une pensée réflexive capable d’y inclure les conséquences de mes initiatives individuelles sous un autre angle que l’intérêt individuel de l’ego. Les ateliers d’image de soi seront problématiques dans la mesure où ils pointent le doigt sur le défaut de la perception personnelle de soi-même. Ils se construisent donc autour de cette notion. Par contre, les ateliers à visée de discussion philosophique n’ont pas de thématique ni d’objectif préalable: il s’agit d’élargir les limites de la perception individuelle de la réalité. Par-là, l’individu se percevra autrement à soi-même dès qu’il s’autorise à considérer son point de vue.

A partir de notre expérience, le travail sur le critère advient à partir de la logique de discussion où l’individu a le droit et l’espace pour manifester son point de vue personnel. C’est pourquoi je considère que l’exercice de la philosophie en tant qu’exercice dialogique d’échange et de discussion contribue radicalement à l’émergence du critère. En effet, au long des ateliers, les jeunes ont l’opportunité de manifester leur point de vue face à des multiples problématiques : la réalité, la religion, l’argent et la société, l’histoire et la culture, la différence et la sexualité… Toute thématique n’est finalement qu’une possibilité afin de développer ce critère individuel de vie par le fait de s’autoriser à questionner et savoir.

Cela implique pour nos jeunes, la « sortie de l’âge de la minorité » le “sapere aude” kantien : il s’agit donc de les aider à se servir de leur propre entendement et à comprendre le caractère enfantin d’envisager l’action individuelle comme la poursuite de réception des prix (paradis) ou le simple évitement châtiment (enfer). Voilà en quoi il y a un critère: dès qu’il conçoit la valeur d’une action par l’action elle-même et non pas par des conditionnements ou conséquences extérieurs à l’action elle-même. Dès que les jeunes arrivent à envisager cela, la revalorisation de l’action individuelle a lieu. Plus besoin de parler d’estime ou d’image de soi.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.