Le Commencement

Le commencement…

Dans une salle correctement aménagée avec un projecteur, j’ai eu un groupe d’entre 8 à 10 jeunes au regard vif d’un côté, et d’une attitude perdue de l’autre. Ils ne se connaissent pas encore, mais ils vont bientôt découvrir qu’ils ont trop des choses en commun. En effet, cet espace qu’on a nommé (hardiment) ateliers « Philo » et qu’on a aménagé dans leurs emplois du temps hebdomadaires, se voudrait comme un moment pour la réflexion ; pour la reprise réflexive de ce qu’ils ont dans la tête, en partant notamment du refus d’avoir quelque chose dans la tête.A l’aide d’une série de diapositives préalablement préparées et présentées en grande écran, je me propose d’introduire ce que l’on va faire dans la séance. En mode d’aveu, je sais bien que je n’ai pas prévu tout ce qui peut se passer pendant la séance que – pour l’info s’agit d’un séance de trois heures avec une pause intermédiaire d’une demi heure. J’ai des activités en tête mais ça va dépendre du public, de leur accroche et participation dont mon rôle n’est autre que la susciter.

La présentation initiale des ateliers de « Philo » avec un public au « comportement inadapté » – comme il est courant l’entendre dans notre milieu d’insertion professionnelle – ne tiendrait pas plus que 12 minutes. Mais qu’est-ce qu’il pourrait arriver avec un public « difficile » ? Quelle est la portée de la « Philo » quand on l’utilise avec des jeunes au comportement « problématique » et que – très possiblement – ne supportent-ils pas ce « cours » ? Est-ce que la “Philo” aurait une quelconque réaction sur eux ou seront-ils imperméables à leur effet ? Vont-ils s’endormir ? Vont-ils me chasser de la salle correctement aménagée ? Vont-ils apprécier ce qu’on va faire ? Vont-ils plutôt refuser la réflexion en affirmant que « cela ne les intéresse pas » (comme c’était déjà le cas lorsque j’ai fait une intervention “philo” dans un foyer pour des jeunes filles) ? Voilà les questions qui me taraudent dès que je me présente dans la salle. Comme nous le verrons plus loin, leurs réactions vont être assez vives, aussi vives et intéressants qu’elles m’ont motivé à les mettre par écrit et à les partager.

La première image que je leur montre présente un « Meme », c’est-à-dire une image répandue notamment par les réseaux sociaux et qui condense une idée ou vanne (réflexive!) dans une seule image caricaturale. Mon “meme” d’entrée s’agit d’une caricature qui s’interroge « ce qu’on va faire ». Je commence pour leur présenter l’idée de créer un espace d’expression, d’échange et de partage. Je leur montre le cheminement (assez simple au niveau de graphiques) de quelqu’un qui vient jusqu’à nos locaux. Ce personnage simple (mais souriant) prend le chemin depuis son habitation jusqu’aux locaux de notre dispositif. Je leur dit « ça c’est toi ! ».  

Afin de vaincre le silence qui commence à s’écouter, je commence ma méthodologie que j’ai appelée de “provocation à la parole”. Une diapositive exhibe l’image d’un chien qui regarde de travers et qui interpelle avec la phrase : « ne rien faire, ça fatigue n’est-ce pas ? ». Pour cela je triche. Je triche parce que je connais que dans le parcours de la plupart, ils ont eu du temps ; peut-être trop du temps, peut-être le temps juste pour les amener à la réflexion sur leur destin. Rien de plus philosophique, car ils ont eu du temps à la maison ; du temps dans lequel ils n’avaient rien à faire. Souvent, ils ont cherché des structures d’aide justement à cause du fait qu’ils n’avaient rien à faire. Peut-être ils savent ce qui ressent quelqu’un qui n’a rien à faire ; fait de « ne rien faire » rendu possible pour le fait d’être « en dehors du cadre » ; en dehors du système. Rien de plus intéressant pour notre philosophie improbable.

C’est ainsi que j’interroge les jeunes sur leur présence dans la salle correctement aménagée. S’ils son là, c’est parce qu’ils sont forcément venus faire quelque chose. Voilà notre évidence première, claire et distincte comme dirait Descartes : ils sont là ; ils sont là à cause ou grâce à quelque chose. Ainsi, c’est à partir de leur présence – du moins physique – que notre injonction commence : s’ils sont déjà là, alors ils peuvent, en plein droit, demander ou être interpellés, être sollicités à répondre ou (du moins) à participer.

La première image que je leur montre, c’est l’image d’un homme vieux vêtu on dirait comme un ancien grec. Il lève avec sa main gauche un outil, un marteau concrètement, et avec sa main droite, il soutient une espèce de point d’exclamation, lequel appuyé sur  une enclume, semble viser. A gauche de notre forgeron, il y a des points d’exclamation et à droite on voit des points d’interrogation.

Je demande aux jeunes de dire ce qu’ils voient dans l’image. Ceux qui risquent participer vont dire qu’ils voient quelqu’un qui transforme des points d’exclamation en points d’interrogation. C’est à partir de là que je les montre notre travail à faire. Il va s’agir de forger des questions : le philosophe c’est un forgeron qui forge des questions. On verra à fur et à mesure, si les coups du marteau (au style nietzschéen) seront douloureux ou pas.

Notre espace de parole essayera de faire ça : de forger chez eux des questions. Malgré les apparences, ces jeunes sont plutôt chargés d’affirmations que des questions. La plupart d’entre eux ont même perdu l’envie de savoir. Certains ne s’autorisent même pas à connaître des choses. C’est là que la philosophie aurait quelque chose à réveiller chez eux: la curiosité dans le pur sens aristotélicien, puisque pour lui le commencement de la philosophie est la curiosité. Le défi de mon projet c’est d’éveiller chez eux la curiosité.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.